L'actualité des professions de santé

CARPIMKO : programme chargé pour les nouveaux élus du conseil d’administration

Publié le 23 juillet 2013, 10h50.

Depuis le 6 juillet, la Caisse autonome de retraite et de prévoyance des infirmiers, masseurs kinésithérapeutes, pédicures-podologues, orthophonistes et orthoptistes CARPIMKO est dotée d’un nouveau conseil d’administration. Les représentants ont cependant été « mal élus » car les professionnels de santé libéraux concernés ont été peu nombreux à se déplacer aux urnes, le taux d’abstention s’étant élevé à 72,47 %.

CARPIMKO conseil d'administration

Il n’empêche, les nouveaux élus auront un programme chargé ces prochains mois. La Caisse continue en effet à protester contre les règles de compensation qui l’obligent à verser des sommes importantes au pot commun des régimes de retraite des libéraux, en particulier au profit des auto-entrepreneurs. Plusieurs syndicats envisagent même que la CARPIMKO se retire de la Caisse nationale d’Assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL). La CARPIMKO va également devoir surveiller la réforme à venir du régime général. Elle devra en effet appliquer certaines mesures générales comme d’éventuelles modifications de l’âge légal de départ à la retraite ou de la durée de cotisation. 

Rappelons que la CARPIMKO gère le régime d’invalidité-décès ainsi que les régimes de retraite de ses cotisants. Il existe trois niveaux de retraite : lerégime général géré par la CNAVPL et qui comprend dix sections professionnelles dont la CARPIMKO ; le régime complémentaire, obligatoire, directement géré par la CARPIMKO ; enfin, l’Assurance supplémentaire vieillesse (ASV), spécifique aux praticiens conventionnés.

À savoir

Le conseil d’administration de la CARPIMKO est composé de huit infirmiers, six masseurs-kinésithérapeutes, deux pédicures-podologues, deux orthophonistes et deux orthoptistes ainsi que de vingt membres suppléants, renouvelables par moitié tous les trois ans. Il a notamment pour rôle d’établir les statuts, d’élire les membres du Bureau et des différentes commissions, de voter les budgets ou encore de négocier les cotisations retraite. Ses décisions, qui ont un impact direct sur ses adhérents, doivent recevoir, avant d’être appliquées, l'agrément de ses autorités de tutelle, le fonctionnement de la CARPIMKO étant contrôlé par les ministères de la Santé et des Finances ainsi que par la Cour des comptes.

PI+ pour 9h37.

  Lien vers l'article

Essayez gratuitement la télétransmission ubinect.

 Demandez votre démonstration