L'actualité des professions de santé

Tiers payant généralisé : « Il faut que les mutuelles améliorent leur système de télétransmission »

Publié le 14 novembre 2013, 16h04.

Certains professionnels paramédicaux n’ont pas attendu les mesures du Gouvernement pour utiliser le tiers payant. Témoignage d’Émilie Vermandel, orthophoniste à Roubaix et installée en libéral depuis juin 2012, qui souligne tout de même quelques difficultés dans l’application du dispositif.

Pourquoi avoir fait le choix du tiers payant ?

Émilie Vermandel : Il s’agit du mode de fonctionnement du cabinet de groupe que j’ai rejoint en 2012. Nous avons donc très peu de transactions ou de règlements par chèque sauf lorsqu’on sait que le patient n’aura pas de suivi ou lorsqu’il n’a pas de mutuelle. Ce mode de fonctionnement me convient car le paiement reste relativement rapide.

Rencontrez-vous des difficultés dans le fonctionnement du tiers payant ?

E. V. : Effectivement, cela peut m’arriver notamment lorsque le patient a perdu ses documents ou sa Carte vitale. Mais l’un des problèmes les plus importants vient des mutuelles auxquelles on ne peut pas télétransmettre. C’est pénible car il faut alors leur envoyer par courrier la facture fournie par la Sécurité sociale. Et quand certaines d’entre elles font partie de grands groupes, il est difficile de savoir à qui il faut s’adresser et envoyer les documents. Il s’agit d’une charge de travail supplémentaire d’autant plus que je n’ai pas de secrétaire.

Environ un tiers de mes patients ont une mutuelle et parmi eux, un à deux tiers ont une complémentaire à laquelle je ne peux pas télétransmettre. Je consacre deux demi-journées par semaine notamment à ce travail administratif. Et les difficultés augmentent lorsque le patient a changé de mutuelle et omis de nous en avertir. Elles vont alors se renvoyer la balle pour payer la facture. Cela ne représente pas des sommes astronomiques mais c’est la raison pour laquelle je facture régulièrement les séances afin d’être sûre de toujours avoir de la trésorerie.

Que pensez-vous du projet gouvernemental d’étendre le tiers payant à tous les professionnels de santé ?

E. V. : Cela ne me choque pas. A titre d’exemple, quand je demande à mes patients de se faire prescrire des nouvelles séances par leur médecin traitant, il peut être difficile pour certains d’entre eux d’avancer le prix d’une consultation. En revanche, le fait de ne pas avoir de transaction entraîne une déresponsabilisation de certains patients qui pensent être dans la gratuité des soins. Et puis je pense qu’il faut vraiment que les mutuelles améliorent leur système de télétransmission car si tout le monde adopte le tiers payant, cela va être compliqué à gérer.

  Lien vers l'article

Essayez gratuitement la télétransmission ubinect.

 Demandez votre démonstration